SWEEK Post-rock / Belgique

, par Marlene

Des milliard de pétales de roses. Il y a tout ce qu’on a raté et Sweek qui pourrait être une tulipe mais non. Majestueux, six Belges donnent matière à la beauté du monde.

Une erreur fatalement, car si l’incandescence des grâces humaines scintille de mille feux, dans le même sceau, la perte, la douleur, la faiblesse, jaillissent aussi intensément. Rarement une musique aura touché si près la justesse des sens qui dirigent nos vies. Les élucubrations capricieuses d’une clarinette, accordéons et autres harpes. Nourri des plus grands héritages, de GOSPEEF YOU BLACK EMPEROR à MOGWAI sans oublier SIGUR ROS, le sextet s’en est affranchi pour offrir un live dont la sueur sanglante et brutale n’est pas moins communicative. Du mouvement d’une tornade au rythme ralenti d’un cœur qui s’arrête, les oscillations de ce voyage de Rennes aux Canaries ne peut se résumer en carte postale. Ce groupe marque la fin et le début de l’homme et de la femme. Plus simplement certains révèleront la sensation merveilleuse de ressentir la musique dans tout son corps.

Samedi sur la scène Chapi’Tophe avec